La cité de Silit est particulière... dirigée par une royauté de succube et d'incube, la luxure est loin d'y être un péché, et est même un art de vivre !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La lame la plus protectrice est celle qui n'a pas besoin de se dégainer [Fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Éon Cavendish

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 07/04/2018
Age : 22

Fiche d'identité
J'appartiens aux...: Citoyens
Emploi: Garde personnel de la grande prêtresse de Sünd
Maître/Esclaves:

MessageSujet: La lame la plus protectrice est celle qui n'a pas besoin de se dégainer [Fini]   Sam 7 Avr - 16:14


Éon Cavendish




©️ Libella
Nom: Éon Cavendish, pour vous servir.
Âge: Si vous demandez aux nombreuses cibles de mes faits d'armes, elles vous diront que je varie entre 18 et 27 ans. En réalité, j'en ai 25.
Orientation: Pour ces dames, je suis prêt à offrir mon corps dans le stupre et la luxure. Pour messieurs, je leur laisse le bon soin d'aller voir d'autres personnes.
Groupe : Je suis un honnête Citoyen de notre charmante cité.
Emploi : Ancien espion militaire, je suis garde personnel de la grande prêtresse depuis peu. Je me sens honoré par cette tâche.
Race : Veuillez m'excuser messieurs dames, je ne suis qu'un banal humain.
Avatar Ft. : Cavendish de One Piece


.


Caractère
Mon caractère ? Vous savez que vous demandez à un espion son caractère ? Je sais qu'un individu comme moi peut surprendre en de nombreux points, mais il y a bien quelque chose que je sais faire, c'est de moduler mon caractère de façon à ce que mon interlocuteur ait purement de la sympathie pour moi. Dans ce cas là, je pourrais dire que je peux être cordiale comme la pire des ordures que la cité ait pu connaître. J'ai dû faire des choix drastiques qui font en sorte que cette plasticité en est étendue. Néanmoins, je désire vous donner quelques détails sur mon caractère général lors de ma prise de fonction.

Je suis narcissique. Conscient de mon importante place dans le groupuscule religieux de la cité, je fus mandaté par la déesse elle-même à la protection de dame Melith. Il ne va pas sans dire que ma position m'autorise d'exclamer mes exploits sur tous les toits. Ce comportement primaire est pour attirer les regards sur moi et non sur ma chère et tendre prêtresse à défendre. Il sert aussi au relâchement d'un quelconque agresseur, que ce soit en me sous-estimant, en me sur-estimant ou bien de rage.

Je suis très impliqué dans mon travail. Aucune déviance n'est permise pendant mon service. Et il est connu que mon entêtement en la matière force la Déesse à faire reposer le chevalier servant de son sujet. Et ce contraste entre l'espion et l'elfe fait que cela nous forge une certaine complémentarité. Quand elle est relâchée, je veille à son propre bien. Quand je suis exténué, elle fait en sorte que j'aille pour le mieux. C'est du donnant-donnant imposé silencieusement par la déesse, il en est sûr. Cependant, je n'en tiens pas rigueur.

Car je sais faire preuve de relâchement. Le fruit de la tentation est quelque chose de très alléchant, il en est sûr. De ce fait, je peux considérer le fait d'avoir une ou deux aventures de temps en temps pour relâcher la pression. Néanmoins, je n'ose pas vraiment quérir les services de la prêtresse, ne voulant pas plus l'exténuer qu'à l'accoutumée. Et je ne vais pas vous mentir, je sais prendre mon temps pour donner et recevoir un plaisir long et intense. Après tout, Melith est la voix de la déesse, moi ses bras. Je ne serai pas là aujourd'hui si je peux m'acquitter de quelques fidèles moi-même.

Au final, je suis surtout un être qui pense à moi et à la déesse. Si le plaisir doit être transmis, il doit me plaire. Si je dois le faire alors que ce n'est pas le cas, je le ferai pour la simple et bonne raison de conserver mon statut. Si je protège dame Melith, c'est parce que la déesse désire que je le fasse et que cette dernière est d'un charme surnaturel. Si je dois accepter un marché, il se doit d'être plus profitable pour moi qu'à mon interlocuteur. J'ai réussi à remporter mon titre d'incorruptible grâce à cela, en demandant des primes de risques exorbitants.

Et au final, ma relation avec dame Melith est allé jusqu'à où, vous me dites ? Ahah. C'est simple mon petit. Une ou deux fois, je lui ai autorisée le fait de soulager ma conscience et d'expier mes pêchés. Et c'est... Troublant. Viens en moi comme une grande chaleur à chacun de ses mouvements dénudés. Il en est quelque chose d'étrange. Elle représente la déesse, pour sûr. Cela doit être pour cela qu'elle est si... Aimable, si gentille, si... Agréable. C'est pour cela que je dépense dans mes économies pour qu'elle aille bien. Ainsi.... Ainsi je me rapproche d'elle. Et je... Je la protège mieux, c'est cela. Sa chaleur me touche à chaque instant. Je me sens plus libéré, plus heureux en sa présence. Je dirai même qu'elle est plus qu'une amie pour moi. Une confidente ? Néanmoins, cela s'arrêtera là. Sinon, je ne pourrais plus faire abstraction d'elle pour veiller à sa propre sécurité. Ô grande déesse, quelle vile tentation oses-tu mettre sous mon nez.

Maintenant, fuyez ! J'ai une icône divine à protéger du péril de ma vie. Car s'il y a bien une chose que je sais faire, c'est perdre mon individualité pour en promouvoir une autre. En espérant que vous puissiez en apprendre un peu plus sur l'identité que j'ai prise.


.


L'histoire
Mon histoire est en réalité régie par plusieurs autres. J'ai sans aucun doute un tronc commun. Néanmoins, ce dernier était pâle comme serait l'ennemi à le venue d'une horde d'orc, ou quand un hétérosexuel découvre qu'il a pris son pied avec un travesti.

L'origine, les racines. Mon nom n'est pas Éon. Éon, ce fut le nom sous lequel je me suis engagé en tant qu'apprenti mage. De ce fait, je ne dirai pas ma véritable nomination. Ma famille sont des citoyens vivant moyennement de l'horticulture. Je n'étais pas heureux, je n'étais pas malheureux. Néanmoins, cela ne m'empêcha pas pour aller sous la tutelle d'un mage, qui découvrit un étudiant potentiel pour son art. Celui de la lumière et du polymorphisme. Sans doute à l'époque j'étais déjà un sacré polisson qui allait toujours chercher les ennuis pour ensuite disparaître. Cependant, je me souvenais avoir en ma possession n de ces bouquins et je me suis mis à l'apprendre. Pour la simple et bonne raison de la curiosité.

Je me souviens d'une année : 10 ans. J'étais versé dedans pendant 10 ans. De 10 ans à 20 ans. Ce maître, qui semblait être plus comme un instituteur, avait réussi à me cerner dès le départ. De suite, une relation de confiance s'installa entre lui et moi. Néanmoins, malgré la bonne formation de ce dernier, je ne me sentais pas vraiment à ma place. Pour moi, cette magie n'était pas pour apprendre et démontrer. Elle était là pour être mise en pratique. Cette cité n'était plus assez grande pour moi...

Je sais qu'un banal humain ne peut pas avoir une place durable ici.

Ce fut ainsi que j'ai quitté mon maître pour mettre mes talents au service de l'armée. Après une courte formation au maniement des armes, ma maîtrise du polymorphisme et mon ascendant citoyen me donna une place de choix en tant qu'espion.

Ce fut à partir de là que mon arbre donna de nombreuses branches. Je fus pour beaucoup un jeune noble venu en ville découvrir  le pays, le vagabond qui ne perdait jamais le sourire, un assassin qui vendait des informations erronées en échange de réelles. J'étais l'amant de madame la marquise, ou bien le gigolo du coin. Néanmoins, je n'extrapolerai pas ici mes diverses aventures.

Nombreuses sont les branches parcourues durant ces quatre courtes années. Et à chaque fois, j'en revenais toujours avec plus. J'avais envie de savoir encore plus. J'avais hum... J'avais un peu pris la grosse tête. Je me disais qu'au final, je pouvais vraiment avoir une place dans cette société. Ni une ni deux, j'ai fais la chose la plus idiote de ma vie... Je me suis infiltré dans le temple de Sünd. Mon objectif était de voir si cette déesse existait vraiment.

Autant, je crois me souvenir que je m'étais fait griller à un moment. Autant, je me souvenais plus d'une anecdote. Celle qui changea a jamais le cours de ma si courte vie. Moi bien sûr, je me disais qu'aller derrière cette porte pour me cacher le temps de repartir, ce fut une bonne idée. Ce fut une merveilleuse idée oui.

Au moins, j'avais eu ma réponse. Au début, je ne savais pas qui c'était. Ses prunelles jaunes me fixaient comme si je n'étais rien en face d'elle. D'un seul coup, tout ma confiance, tout mon égo se tassa sous ce regard. Cette femme faisait resurgir en moi des pulsions animales enfouies. Mais elle ne disait rien... Elle me regardait juste avec le sourire et une vue imprenable sur le plus beau balcon de la cité. Ce fut à ce moment-là que 'avais compris.

J'étais dans l'antre de Sünd.

Aucun mot ne voulait sortir d'entre mes lèvres. J'avais chaud, terriblement chaud. Mon cœur battait la chamade. Mais je devais me taire. Sinon, on saurait que j'étais là. Cependant, elle ne parlait pas non plus. Ce moment de alaise dura... Cinq minutes. Ce ut les cinq minutes les plus longues de ma vie. Au moment où j'allais craquer, je tournais la tête et je ressortais par la grande porte, sans donner mon reste.

Ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire. Et j'avais bien compris qu'en réalité, nous n'étions rien en face d'elle. Je cherchais en réalité à avoir une place dans une fourmilière où elle en était la Reine.

Dans tous les cas, le lendemain, me voilà convié au temple. J'avais en ace de moi la grande prêtresse ainsi que divers servants à ses côtés. Je me disais que j'allais me aire cofrer pour cette lourde sanction, que j'allais dépérir dans le rang des étrangers. J'allais de nouveau être personne. Sans compter la mine sévère des suivants de madame qui me ixèrent comme si j'avais commis la pire des atrocités.

Le silence de plomb cessa quand la grande prêtresse m'adressa la raison de ma venue.

En réalité, la déesse m'a considéré comme apte à la protection de sa porte parole. Je ne pouvais que pousser un rire nerveux à ce moment-là, mais j'étais obligé d'accepter l'offre proposée. Ce fut ainsi que depuis un an, jour pour jour, que je fus contraint d'abandonner mon poste d'espion pour celui de garde personnel. Certains voient cela d'un bon œil que même l'humanité représente une place convenable dans les bras de la déesse, d'autres discréditent la portée divine de cet acte, disant qu'un humain ne pouvait représenter Sünd.

Et il y avait moi, qui considérait cela comme un travail. Un travail qui me permettait à la fois d'avoir une certaine stabilité, une charmante compagnie à protéger et des outils pour me replonger dans mon plaisir d'il fut un temps : la magie.

Je sais le travail bien plus périlleux en de nombreux points. Et c'est pour cela que moi, Éon Cavendish, fera tout pour que la vie de dame Melith soit la meilleure possible avec un comportement en adéquation avec mon rôle. Prenez garde, individus de la pire espèce, car je n'ai peut-être pas la force brute mais j'ai toute l'astuce, la polyvalence et la fourberie de l'humain.


.


Derrière l'écran
Pseudo : Le bô
Âge : 22 ans
Comment avez-vous découvert le forum ? Dans une pochette surprise donnée par le fondateur
Code du règlement:
Un commentaire ? Je sais mesdames. Néanmoins, contenez vos orgasmes je vous prie.


Codage par Libella


_________________


" Si vous ne me connaissez pas, c'est que mon travail est accompli. "
Eon vous aborde en #CF3030
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sünd
Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 06/04/2018

MessageSujet: Re: La lame la plus protectrice est celle qui n'a pas besoin de se dégainer [Fini]   Lun 9 Avr - 19:39

Félicitations, te voici validé ! Je t'invite dès à présent à aller recenser ton avatar pour t'assurer que personne ne puisse te le piquer, et te faire une fiche de liens si le coeur t'en dit !

Si tu as besoin d'un logement, ou d'un lieu de travail, je t'invite à aller en faire la demande dans ce sujet, et enfin, n'hésite pas poster une demande de rp ici ou à en lancer un libre pour démarrer !

Bon jeu à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silit.forumactif.com
 
La lame la plus protectrice est celle qui n'a pas besoin de se dégainer [Fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LAME VERTICALE
» u 23 heuliez lame de ressort
» La SPH, Société Protectrice des Humains
» Celle là, je l'adore
» Repose flèches à lame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Silit, Cité aux Mille Vices :: Administration :: Gestion des personnages :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: