La cité de Silit est particulière... dirigée par une royauté de succube et d'incube, la luxure est loin d'y être un péché, et est même un art de vivre !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit cours d'histoire et de politique...

Aller en bas 
AuteurMessage
Sünd
Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 06/04/2018

MessageSujet: Petit cours d'histoire et de politique...   Mer 23 Mai - 0:59

Calendrier, histoire et politique silitienne

Calendrier & Politique

Calendrier Silitien
De part la longévité de ses souverains, et le statut de cité indépendante, et non pas de pays, la Cité suit son propre calendrier, indépendant de celui des nations voisines. Ce dernier se divise en ères, qui correspondent au règne de chaque dirigeant de la cité, nommées d'après le second prénom du dirigeant, à l'exception du premier.

Ainsi, la première ère Silitienne est communément notée dans les livres d'histoire comme étant l'ère Albiero, tandis que l'ère actuelle, sous le règne de Karen, est connue comme étant l'ère Lilith.

Liste et durée des ères :
Albiero – 420 ans
Marcus – 300 ans
Églantine – 649 ans
César – 500 ans
Albion – 320 ans
Mephisto – 120 ans
Myriam – 666 ans
Lilim – 479 ans
Lilith – 500+ ans

Nous sommes présentement en l'an 500 de l'ère Lilith.

Structures politiques
Silit fonctionne suivant le principe de la royauté absolue : le souverain en place n'a aucun ministre, bien qu'il puisse prendre des conseillers à son service, et est seul preneur de décisions en ce qui concerne la décision ou non de rentrer en guerre, ainsi que la promulgation de lois.

Il n'est pas obligatoire pour un souverain Silitien de se marier, et à cause de la nature volage inhérente à leur race, dans le cas où ils sont mariés, la polygamie n'est pas rare. Ainsi, la troisième reine de la cité, Marta Églantine Vi Silit, a été connue pour son harem d'époux, composé d'une quinzaine d'hommes de toutes races et naissances.

Les magistrats, juges, et autres figures importantes de la loi et de la justice Silitienne travaillent au sein du palais, dans des ailes qui leurs sont réservées.

Activités militaires
Les armées de Silit sont dirigées par deux généraux, qui incarnent la volonté du souverain en place. En cas d'invasion, la tactique utilisée est toujours la même : les généraux dirigent, de concert, le front, tandis que les princes et princesses défendent les portes de la cité. Le souverain en place, de part sa puissance, ne peut participer aux affrontements, et sert ainsi de ligne de défense ultime, restant au sein du palais.

Les armées de Silit sont connues pour ne laisser aucun envahisseur s'échapper. Des soldats aux généraux, tous sont ou tués, ou capturés pour être conservés en tant qu'otages ou réduits en esclavage.

La puissance des souverains silitiens, à elle seule, suffit généralement à dissuader nombre de potentiels envahisseurs cependant. L'Empire de Dalfon, par exemple, essuie toujours les conséquences d'avoir tenté d'envahir la cité lors du règne d'Albus César Vi Silit, le plus puissant des rois et mages Silitien connus à l'heure actuelle, ayant lancé, depuis le palais royal, un sort d'une puissance inégalée, directement dans la capitale de l'empire. Aujourd'hui encore, ils réparent les dégâts et subissent les conséquences de cette contre-attaque surpuissante. Il s'agit cependant d'une exception parmi les exceptions, ce dernier ayant été exceptionnellement doué et puissant, et bénéficiant de divers secrets qu'il a emporté dans sa tombe. En comparaison, la reine actuelle, Karen Lilith Vi Silit, est « seulement » capable, au paroxysme de sa puissance, de détruire dans son intégralité la surface de la cité pour n'en laisser que des cendres fumantes. Enfin, lors d'une dispute particulièrement violente, le premier prince, qui tentait de stopper une colère exceptionnellement de la seconde princesse et cette dernière, ont détruits sans grands efforts une moitié du quartier commerçant il y a 75 ans, avant que finalement la colérique Lizbeth ne soit neutralisée et calmée par son frère.

Histoire :

Fondation
A l'origine, la famille Vi Silit n'existait pas. Le fondateur de la cité, Albiero Vi Silit, était à l'époque un jeune incube, mais surtout un esclave, qui eut la chance d'être placé sur le chemin de Sünd, alors en visite dans le monde mortel et en errance... il eut la chance d'arriver sur le chemin de la déesse alors que cette dernière semblait désespérément en recherche de compagnie, et ils s'unirent.

Trouvant dommage qu'un amant d'une nuit aussi doué doive subir une vie de souffrance, elle passa avec lui un pacte : en échange de la création d'un lieu de culte en son honneur, elle lui offrirait puissance, indépendance et territoire. Le charisme et les idéaux de l'homme finirent le travail, le premier souverain de Silit et sa haute noblesse sont... tous d'anciens esclaves, qui prirent leur indépendance de leurs propres mains.

Fidèle à sa parole, Albiero fit construire pour la déesse un somptueux temple, aujourd'hui encore l'un des plus grands et plus beaux que compte le continent, si ce n'est le monde, et en retour, cette dernière offrit sa protection à la cité.

Attirés par la perspective de pouvoir vivre en paix, nombreux furent les réfugiés de divers conflits, les esclaves en fuite, ou tout simplement les gens en recherche d'une nouvelle, meilleure vie, qui vinrent s'installer dans la ville naissante. La Cité de Silit était née.

Histoire récente
A l'heure actuelle, neuf souverains se sont succédés, voyant défiler plus de 3 000 ans d'histoire. Le règne d'Ariane Lilim Vi Silit, la précédente reine, fut de loin le plus autoritaire et sanglant de la cité, cette dernière s'étant concentrée sur durcir les lois déjà en place, ainsi que l'expansion de la cité. Le port royal,qui entretenait avec les précédents souverains des relations pourtant amicales, ainsi que les monts au sud de la cité, ont ainsi été annexés à cette période.

Sa propre mère, Shéhérazade Myriam vi Silit étant morte assassinée par des esclaves, elle leur a voué une haine particulièrement forte qui mena à une forte dégradation de leurs déjà pauvres conditions de vie, et à une révolte. La cité eut également, sous son règne, à subir diverses tentatives d'invasions, principalement en réponse à ses actes belliqueux. Politiquement, elle a toujours été en conflit très ouvert avec sa fille unique, l'actuelle souveraine, Karen Vi Silit, qui prit sa succession à la mort -naturelle, bien que des mauvaises langues parlent d'empoisonnement- de sa mère il y a cinq cents ans, peu de temps après la naissance de sa fille aînée, Aura vi Silit.

Cette dernière à l'inverse fit en sorte de résoudre les conflits encore en cours de la cité par la diplomatie, et en plus d'abolir les lois concernant les esclaves promulguées par sa mère, adoucit considérablement leur situation. Ainsi, deux des premières lois qu'elle fit passer concernèrent l'interdiction de les tuer, sous peine de lourdes sanctions, ainsi que la possibilité pour un esclave d'être affranchi et de devenir un étranger, ou même un citoyen s'il venait à être adopté dans la famille de son ancien maître.

Un coup d'état -tué dans l’œuf- de la part d'une faction militaire dirigée par l'un de ses cousins fut à noter, ainsi qu'une tentative d'invasion par une nation dirigée par des fées il y a plus d'un siècle, sont à noter dans les faits marquants de son règne. Cependant, en dehors de ces derniers, peu de choses sont à noter, et la cité n'a été impliquée ni ne s'est lancée dans aucune autre guerre ou campagne militaire.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silit.forumactif.com
 
Petit cours d'histoire et de politique...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dédié à AKA-SEB : petit cours d'auto-défense intellectuelle
» Quand le tram sert de salle de cours !
» Petit cours d'astro-physique toulonnais
» petit cours de danse pour draguer...
» Petit cours classique avec stormy et gege

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Silit, Cité aux Mille Vices :: Administration :: Règlement & Contexte :: Contexte-
Sauter vers: